Doisneau et la musique.

Publié dans la rubrique On peut en causer

L’exposition Doisneau et la musique dure jusqu’au 4 avril à la Philarmonie. On connait le photographe pour son travail sur la France des gens modestes et le Paris des aminches et des tatoués. On connait moins son appétence pour la musique et les musiciens. Entre les photos de commande pour les journaux et sa volonté propre de figer le monde en marche, la photo musicale chez Robert Doisneau n’est (...)


Préface pour Larry Fondation.

Publié dans la rubrique Famille

Inframonde en pamoison sur Sunset, affamés du bitume à Skid Row, pisseuses pré-nubiles quêtant du sens à sensations, agenda de l’errance In A Silent Way, dans la dèche sur Rodeo Drive et plein aux as sur l’avenue T-4, direct au goulot chérie, la rue immonde, le désir en fuite, la lèche des orteils et le cœur s’anamorphosent, le kaléidoscope de l’aube à Falloujah, de bar en bar sur la route de Tikrit, (...)


Loustal, les couleurs de notre vie.

Publié dans la rubrique Famille

Cadillacs embourbées dans les marais, mer lasse, pins décharnés, saxos tristes sous les lampadaires, divas en extase près des moucharabiehs, renards des sables complètement stoned, égérie en béret rouge sur le chemin des douaniers, tueurs russkofs enfouraillés à Brooklyn, motels de détresse, Los Machucambos au Flamingo, chiens noirs sur des rivages souillés, Ocean Beach sous perfusion, divas en extase (...)


La guerre est une ruse par Frédéric Paulin / Agullo.

Publié dans la rubrique On peut en causer

Ce roman couvre les années 1992/93/94 qui ont vu le GIA prendre la suite du Front Islamique du Salut en Algérie. Benlazar, officier à la DGSE est une sorte de confrère "invité" par les militaires algériens qui le considèrent comme inoffensif. C’est une erreur car Benlazar, drivé par le commandant Bellevue, a une idée très peu correcte, politiquement, concernant les agissements des militaires algériens. (...)


Un soleil sans espoir par Kent Anderson / Calmann Lévy.

Publié dans la rubrique On peut en causer

Kent Anderson ne force pas côté production. Un recueil de textes à 13e note et deux romans : Sympathy for the devil et Chiens de la nuit. Dans le présent texte, il utilise à fond sa bio puisque son personnage, Hanson, est un ancien des Forces Spéciales au Vietnam et à travaillé comme flic à Portland et Oakland. Nous sommes donc avec Hanson, dans un quartier d’Oakland où notre homme doit patrouiller (...)


Piranhas par Roberto Saviano / Gallimard

Publié dans la rubrique Nouveautés

Un groupe d’adolescents napolitains de 15 ans décide, sous l’impulsion de l’un d’eux, Nicolas, de monter une paranza. Une famille camorriste. Mais les gamins ne veulent reporter à personne. Nicolas, ivre de pouvoir et de réussite mafieuse, impose une discipline de fer au groupe. Naples leur appartient, tous doivent s’effacer au passage de leurs scooters. Ils briguent des places de deal et se moquent (...)


Pour le site Lettres it be.

Publié dans la rubrique Interviews

Avant la publication de ma nouvelle Mensonges dans Chronique des années de crise, j’écrivais essentiellement de la poésie. Mon premier recueil, l’Amer, date de 1971. J’ai participé au démarrage de revues telles Zone et Stardust. A la fin des années 70, nous avons élaboré une revue, le Grand Huit, avec des copains passionnés par les rapports entretenus entre l’écriture et le rock. …………….. Dans la mesure (...)


Paris Polar 2018.

Publié dans la rubrique Salons, signatures

Du 16 au 18 novembre vous pouvez vous rendre à Paris Polar, mairie du 13e, place d’Italie. Je n’y serai pas car je file aux mêmes dates à Lamballe. Néanmoins, voici quelques noms d’auteurs intéressants que vous pourrez rencontrer : notre ami Henri Bonetti qui présentera L’homme qui avait recueilli les dernières paroles de Gunnar Andersson, Marie Devois qui dirige le prix des jeunes plumes et celui des (...)