Un aller-retour dans le Noir.

Publié dans la rubrique Salons, signatures

Du 29 septembre au 1er octobre je serai à Pau pour le festival Un aller-retour dans le Noir. Cette année le festival oppose le polar des villes au polar des champs. Il y aura donc deux parrains : Emily Saint John Mandel et Pascal Dessaint. J’y retrouverai mes amis Jean-Bernard Pouy, Jean-Hugues Oppel et Dominique Sylvain. C’est toujours le quartet de Macaire qui se charge de la partie musicale et (...)


Par le vent pleuré par Ron Rash / Le Seuil.

Publié dans la rubrique Nouveautés

En 1969, dans un bled des Appalaches, Sylva, les frères Eugène et Bill Matney découvrent l’existence du Flower People grâce à Ligeia. La jeune fille débarque de Floride et connait par coeur les groupes psychédéliques de la côte ouest, pourtant bien loin de la Floride. Elle connait aussi les drogues qui font planer et celles qui rapportent du fric. Eugène, en extase devant Ligeia, volera son grand-père (...)


La tête en noir n° 187.

Publié dans la rubrique Nouveautés

Dans ce numéro on trouve un texte de Christophe Dupuis consacré aux nouveautés françaises, Elsa Marpeau en tête, des chroniques de Jean Paul Guéry, des propos recueillis de Sandrine Collette, un retour sur La langue chienne d’Hervé Prudon réédité dans La petite Vermillon, un livre que je ne connaissais pas présenté par Paul Maugendre (Mort point final de Frank Klarczyk), la dernière découverte de Gérard (...)


Circles à Marciac.

Publié dans la rubrique On peut en causer

Anne Paceo présentait son album Circles voici peu à Marciac. Elle était entourée de Leïla Martial, chanteuse de classe mondiale, de Christophe Panzani aux sax, de Tony Paeleman aux claviers, elle-même étant la batteuse que l’on sait. Fortement influencée par un voyage en Birmanie, ses compositions s’en ressentent parfois mais le ton du concert oscille entre électro, pop, jazz et le tout est marqué par (...)


Les Gorgan par Mathieu Pernot.

Publié dans la rubrique On peut en causer

Mathieu Pernot étudiait la photographie à Arles en 95. En quête d’un sujet, il jette son dévolu sur une famille rom de la ville : les Gorgan. Sédentaires par obligation car le père s’est fait retirer le permis de conduire, les Gorgan comptent, outre père et mère, huit enfants. La famille l’autorise à les photographier au long cours. Photos intimes, photos d’extérieurs, de fêtes familiales. En 1997, (...)


Joel Meyerowitz à Arles.

Publié dans la rubrique On peut en causer

On peut encore voir l’expo de Meyerowitz à Arles. Celle-ci n’a rien à voir avec l’autre expo, parisienne, du même photographe à la galerie Polka. Ici le photographe montre des images en noir ou couleur, indifféremment. Il a commencé à réaliser des clichés aux couleurs acidulées montrant des lieux de bord de mer mais dans ce petit récap, nous retrouvons surtout l’artiste avec ses images de rues, de (...)


Eduardo Arroyo.

Publié dans la rubrique On peut en causer

La fondation Maeght à Saint Paul de Vence expose Eduardo Arroyo. Considéré à juste titre comme l’un des fondateurs de la Figuration Narrative européenne, Arroyo montre ici une rétrospective de son travail depuis 1964. On retrouve ses thèmes de prédilection : l’Espagne bien sûr, un peu de toros, les hommes de la nuit, la boxe, la dérision et aussi l’absurde. La place est grande chez Maeght et Arroyo peut (...)