William Eggleston / Fondation Cartier.

Publié

William Eggleston, photographe américain, est né en 1939 à Memphis. Il est influencé rapidement par Walker Evans, Cartier-Bresson et aussi par Atget. On le considère habituellement comme l’un des pères de la photo en couleurs avec Stephen Shore. La France connaît Eggleston car, voici quelque temps, il fut invité par la ville de Dunkerque pour développer un travail photo sur la ville qui donna lieu à une exposition sur place et un très beau livre (chez Biro).

Aujourd’hui, Cartier montre le travail d’Eggleston réalisé sur Paris en 2006, 2007 et 2008. Durant ces trois séjours, il a vu beaucoup de choses mais l’accrochage nous révèle du pur Eggleston. Des cafés, des faisceaux de motos, des pancartes, des reflets sur un trottoir mouillé, l’escarpin d’une femme et des péquins qui passent. Il n’est pas entomologiste mais capteur d’une âme en vadrouille. Celle d’une ville. La couleur, comme à son habitude, est triomphante. Voici ce qu’il répondait à Ilana Shamoon sur son rapport à la musique. " J’aime me dire que mon travail coule comme de la musique. J’aime cette idée. C’est peut-être pour cela que je travaille sur de larges ensembles au lieu de prendre une seule photographie d’un thème. C’est le flot de la série qui m’importe". L’exposition dure jusqu’au 21 juin.

On peut en causer

Publié

Le diable rebat les cartes par Ian Rankin / Le Masque.

Publié

Janvier noir par Alan Parks / Rivages.

Publié

Irving Penn.

Publié

Le monde d’après par Jean-Christophe Chauzy / Casterman.

Publié

No limit.

Publié

Les biffins à Evry.

Publié

Honoré dans l’allée verte.

Publié

Dark Matter par Randy Newman / Warner.

Publié

Happy Days par Graham Hurley / Le Masque.

Publié

Memphis...yes, I’m ready par Dee Dee Bridgewater / Sony.

Publié

Circles à Marciac.

Publié

Les Gorgan par Mathieu Pernot.

Publié

Joel Meyerowitz à Arles.