Petite nature par Chauzy / Fluide Glacial

Publié

Jean Christophe Chauzy reprend son propre personnage pour une suite d’aventures immobiles qu’on peut qualifier d’autofictions. Il est aidé dans sa tâche par deux scénaristes : Zep et Linaingre.

On retrouve donc notre homme, deux mètres, des jambes interminables prolongées par des godasses effilées de rocker, le crâne en position de pré-rasage et affecté d’une trouille certaine vis à vis du vrai monde.

Un crétin lui fait rédiger une dédicace anti-pédé, il s’affole pour ses testicules et se fait palper par la moitié des toubibs parisiens, une fan lui tourne la tête et Chauzy s’imagine à tort que l’affaire est dans le sac, il joue les matamores et déchante devant une ponction sternale (cela dit, je ne ferais pas mieux) et l’ultime histoire, ma préférée, narre la solitude du dernier invité à un réveillon de Noël. L’idiot du village dont il faut supporter le babillage inepte puis les rencontres impromptus du même dans le quartier, chacun produisant des efforts désespérés pour ne pas voir l’autre.

L’ensemble possède une vista évidente, le dessin est rapide et ça se lit avec jubilation.