On peut en causer



L’héritage des espions par John Le Carré / le Seuil.

Publié dans la rubrique On peut en causer

Peter Guillam est âgé et ne fait plus partie du contre-espionnage britannique depuis longtemps. Il coule des jours heureux en Bretagne, entre son amie Catherine et la fille de celle-ci. On le somme de revenir à Londres pour discuter avec les nouveaux occupants du Cirque. Ceux qui mangent des graines, boivent de l’eau, répugnent au gluten et dégustent du drone metal le soir à la veillée. Ils (...)


Sur un mauvais adieu par Michael Connelly / Calmann Levy.

Publié dans la rubrique On peut en causer

Harry Bosch a deux boulots. Il enquête pour son compte et donne un coup de main à la police de San Fernando en sous-effectifs. Côté privé, un milliardaire en fin de vie lui demande d’enquêter car il peut avoir laissé en cours de route un enfant qui serait donc son héritier. Il y a quelques milliards en jeu et beaucoup ne souhaitent pas voir apparaître un inconnu qui pourrait rafler le jackpot. L’autre (...)


Le diable rebat les cartes par Ian Rankin / Le Masque.

Publié dans la rubrique On peut en causer

A Edimbourg, un jeune truand, Christie, se fait rouer de coups devant sa maison. Parallèlement, Rebus (à la retraite) aimerait bien se pencher sur la mort de Maria Turquand, toujours inexpliquée. Malcom Fox, un ancien boeuf-carottes, a été muté dans un service occupé à tracer la piste de l’argent sale de la région, voire du pays. Siobhan, quant à elle, prend toujours en charge les grosses affaires de (...)


Janvier noir par Alan Parks / Rivages.

Publié dans la rubrique On peut en causer

Mc Coy, policier à la criminelle de Glasgow, est "convoqué" par un détenu qu’il connait vaguement. Celui-ci l’informe qu’une jeune fille va être exécutée sous peu. Mc Coy s’y intéresse mais manque de repères, évidemment. Le lendemain, une jeune call-girl est tuée par un homme qui se suicide dans la foulée. Parallèlement, Cooper, un gangster de la ville, ami d’enfance de Mc Coy, essaie de reprendre ses (...)


Irving Penn.

Publié dans la rubrique On peut en causer

Le Grand Palais propose depuis septembre une rétrospective du photographe Irving Penn décédé en 2009. L’image forte qui nous reste de Penn est celle de son travail effectué pour Vogue où il créa un genre graphique de qualité nouvelle et des fonds gris froissés qui restent dans l’oeil. Richard Avedon prendra la suite de Penn et poussera le principe à bout en proposant modèles et portraits sur des fonds (...)


Le monde d’après par Jean-Christophe Chauzy / Casterman.

Publié dans la rubrique On peut en causer

JC Chauzy fut longtemps un compagnon de route du roman noir français ainsi qu’un illustrateur inspiré du monde et des musiciens du rock et du blues. J’ai travaillé avec lui sur l’adaptation de deux de mes livres : La guitare de Bo Diddley et Rouge est ma couleur. Son trait vif, sa science de la contre-plongée et son utilisation des gammes colorées font merveille depuis longtemps. Depuis deux ou (...)


No limit.

Publié dans la rubrique On peut en causer

Ceux qui connaissent ce site savent mon intérêt pour l’altiste de la côte ouest, Art Pepper, aujourd’hui décédé. On connait également son autobiographie, Straight Life, qui est un vrai roman noir. Dominique Delahaye, qui apprécie Pepper, est en train de préparer un livre- disque intitulé No limit consacré au musicien. Il y aura des nouvelles inédites et des covers de morceaux pas forcément hyper connus. (...)


Les biffins à Evry.

Publié dans la rubrique On peut en causer

Le 7 décembre à 19h30, je serai à la médiathèque Albert Camus à Evry pour lire Les biffins qui ne paraîtra que le 1er février. Cyrille Derouineau a rassemblé des photos consacrées à Paris la nuit qui seront projetées pendant que Dominique Delahaye soufflera dans son sax alto pour apporter la touche musicale à ce texte. Peut-être qu’on pourra parler après la lecture, je ne sais plus. Le mieux c’est de (...)


Dark Matter par Randy Newman / Warner.

Publié dans la rubrique On peut en causer

Pour son récent album, le gars Randy a convoqué le ban et l’arrière-ban de la fine fleur des musiciens de studio de L.A. J’ai compté 18 violons, 4 trompettistes, trois trombonistes et j’en passe. S’ils sont syndiqués, je n’ose penser au coût de l’enregistrement. Côté musique, Randy ne perd pas la main : piano de bastringue, violons diaphanes, voix nasillarde tellement émotive, évocations de musiques de (...)